Evolyon » Inspirations artistiques » Plonger dans la photographie sous-marine

Plonger dans la photographie sous-marine

Tous, nous adorons la photographie. Peu importe que cela soit des paysages, des portraits, ou encore des scènes de la vie de tous les jours, la photographie nous fascine. Et ce, depuis ses débuts au XIXème siècle ! Des « monstres » de la photographie m’ont éblouie. Mais pour moi, les plus belles images resteront celles sous-marines ! Le monde des abysses, plutôt inaccessible pour le commun des mortels est encore secret. Cependant, grâce à certains explorateurs marins, nous pouvons apprécier cette faune et flore marines, même à quelques mètres de profondeur ! La photographie sous-marine est un domaine artistique qui a encore de beaux jours devant lui !

La photographie à travers les âges

Je suis sûre que chacun d’entre vous se rappelle de ses plus jeunes années. Où nos parents nous donnaient un Kodak jetable pour que l’on puisse prendre nos plus beaux clichés de vacances. On se souvient encore de cette petite molette à tourner et surtout du cliquetis qu’elle émettait ! Et cet appareil ne pouvait prendre qu’un maximum de 25 photos. Puis, il y a eu les téléphones portables qui ont permis à tout un chacun de prendre ses souvenirs en photo. Bien entendu, même si c’était révolutionnaire pour l’époque, et miniature également, cela ne remplaçait pas le vrai appareil photo. Celui-ci a continué d’évoluer en parallèle et les puristes continuent de ne jurer que par lui.

Même s’il y a peu, un ami photographe m’a raconté une anecdote où lors d’un développement d’un tirage, il était bluffé par la qualité de la photo. Il a alors demandé à la cliente avec quel appareil elle avait pris ce cliché. « Avec mon téléphone » lui a t-elle simplement répondu. Il n’en revenait pas de s’être fait prendre comme cela !

photo téléphone

Plongeons ensemble dans la photographie sous-marine !

En août 2018, j’ai donc décidé de sauter le pas et de commencer les recherches. Les clichés avec le smartphone, c’est bien. Mais franchement, uniquement pour les réseaux sociaux ! Ok, c’est bien de poster son art sur les réseaux sociaux, mais impossible de tirer les photos sur grand format. Car la qualité de ces images n’est pas vraiment faite pour du king size. S’est alors mis en route mon cerveau. Je me suis renseignée un peu partout et comme pour toute nouvelle acquisition, vous trouvez de tout et de rien. Des commentaires positifs, d’autres bien négatifs. En gros, c’est à vous de vous faire votre propre avis…

J’étais simplement perdue et bien que j’octroyais quelques heures par-ci par-là, rien ne me convenait. Je me souvenais encore de mon professeur de plongée en 2015-2016, fan de photo. La photographie sous-marine était l’une de ses passions. Lors de ma passation de niveau, il nous offrait la possibilité de faire également des cours de photo sous-marine. J’étais bien attirée par cela à l’époque, mais n’ayant aucun appareil photo, je me suis dit que c’était bien inutile de suivre ce cours. Et pourtant ! J’aurai dû m’y intéresser à ce moment-là, je n’aurai pas été aussi indécise aujourd’hui.

tortue marine
Tortue marine

La découverte photographique décisive : Laurent Ballesta

Plusieurs mois après mes débuts dans ce cours de plongée, on nous invita à aller découvrir le salon de la plongée. J’y suis donc allée sans rien connaître de ce milieu plutôt fermé. Laurent Ballesta y a fait une apparition. Une amie plongeuse était très fan et a accourue vers lui. Ne sachant rien de cette personne, je n’ai pas cru bon de bouger, et ai regardé la scène de loin. En revenant vers moi après une photo à ses côtés, elle m’indiqua que Laurent Ballesta était un biologiste marin. Il faisait de la photographie sous-marine sa passion. En rentrant chez moi, j’ai commencé à me documenter là-dessus et ai compris son engouement.

photo sous marine
Photo sous-marine de requin

Dans le milieu de la plongée, QUI ne connait pas LE phénomène ? Avant il y avait Jacques-Yves Cousteau (les plus jeunes d’entre vous ont raté ce grand homme). Maintenant, il y a Laurent Ballesta pour la photographie sous-marine. Son reportage sur les cœlacanthes est ultra renommé dans le milieu puisque c’est celui-ci qui l’a vraiment fait connaître. C’est quand même le premier a avoir pris le premier cliché de ce spécimen « fossile vivant » à -120m ! Un exploit qu’il a pu faire grâce à sa première plongée très profonde à -190m pour rapporter un cliché exceptionnel en 2007.

C’est là que sont nées les « Expéditions Gombessa » (le nom local du cœlacanthe) et les documentaires qui ont suivi. Il fait actuellement la promotion de son film « 700 requins dans la nuit« , expédition datant de 2017 sur ces magnifiques poissons cartilagineux.

Les photographes des profondeurs

Vous l’aurez compris, ses images me font rêver. Depuis toute petite, je suis fascinée par le monde des abysses. Je regardais même les « aventures » du Commandant Cousteau avec mon papa à la télé. Au final, on ne sait que peu de choses sur ces êtres qui vivent au fin fond des océans. Et ce n’est que de la procuration de voir les photographies sous-marines de Laurent Ballesta. Je ne peux moi-même aller dans la passe de Fakarava, mes années d’études ne m’ont pas porté pour être biologiste marin ! Mais voir la beauté des images et documentaires de Laurent Ballesta me permet de vivre ce rêve à travers son objectif.

Evidemment, il n’y a pas que Laurent Ballesta comme photographe sous-marin. Celui-ci, c’est la profondeur même ! Vous avez en revanche, des photographes de « surface » et qui remportent de beaux prix ! Comme Gabriel Barathieu par exemple. Il a été primé meilleur photographe sous-marin de l’année « Under water photograph of the year 2017 ».

Ou encore Paul Nicklen et ses incroyables photographies d’animaux marins polaires ! La tranquillité de ses photos nous apaise. Elles rayonnent de beauté et de couleur et nous permettent de voir des choses que nous ne verrions pas habituellement. Je vous invite fortement à aller les découvrir sur l’Instagram de Paul Nicken. Rien que d’y penser, je ressens le calme et la quiétude des profondeurs sous-marines comme lors de mes plongées…

Mes rêves de photographies sous-marine

À force de vivre par procuration dans l’œil de ces talentueux photographes sous-marin, je me suis dit qu’il fallait vraiment sauter le pas. C’est bien beau d’effectuer des recherches, mais à force… il serait temps de m’y mettre non ? Car à force de voir tout cela… et surtout d’aller voir des expositions de photographie à Lyon, avec de grands photographes commentant chaque (ou presque !) tirages… pourquoi ne serais-je pas ce photographe dans ce cas ?

J’ai donc craqué, et suis tombée sur une occasion en or (c’est le cas de le dire !). Un D750 de 2ème main ! Pour les non-initiés, il s’agit d’un appareil photo haut-de-gamme semi-pro. Je vais donc pouvoir me faire la main dessus, et surtout évoluer grâce à lui.

Bien entendu, je ne vais pas immédiatement concurrencer Cristina Mittermeier avec ses photos à couper le souffle (du détendeur, ohohoh, blague de plongeur). Cependant, je vais pouvoir tranquillement le prendre en main afin d’en connaître toutes ses possibilités !

D’autant que le concours National Geographic en fait rêver plus d’un ! Peut-être que dans plusieurs années, je pourrai prétendre à l’envoi de l’un de mes clichés, sait-on jamais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page
20 Partages
Partagez
Partagez
Tweetez