Evolyon » Inspirations artistiques » La sculpture : arrêt sur image

La sculpture : arrêt sur image

L’art existe depuis tout temps et sous toutes ses formes. Que ce soit fait avec les mains ou avec des ustensiles, l’Homme aime modeler. L’autre jour, j’ai dû me rendre dans plusieurs opticiens. Les lunettes sont devenues un accessoire de mode, et pourraient, pour certaines, être considérées comme de l’art. De l’art sculpté ! Je me suis alors demandé si nous pouvions sculpter tout et n’importe quoi. Est-ce que la sculpture n’est qu’oeuvre ou bien peut être un moyen fonctionnel dans notre société ?

La sculpture à travers les âges

Ainsi, la sculpture existe depuis que l’Homme est apparu sur Terre. En effet, les archéologues ont toujours trouvé de belles poteries, des objets en bois, en argile ou en pierre, utilisés par les premiers hommes. Tous les musées d’ethnologie ou les musées généraux vous offrent d’admirer leurs collections d’objets primitifs sculptés par les premiers Hommes. Presque chaque objet peut être attifé du terme « sculpture » au final.

Dès tout petit, on nous apprend à sculpter. On nous fait tout d’abord essayer de la pâte à sel, de la pâte à modeler. Puis de l’argile et parfois de la terre glaise. Les enfants sont très fiers de montrer leurs supers colliers en terre sculptées à la fête des mères ! Créer nous permet de nous exprimer et d’être. Créer nous permet d’exister. Cela nous permet de délivrer un message, comme toutes les autres formes d’art. Peu importe le support, que ce soit de l’argile, de la glace, du bois, du plastique, du plâtre… ces différents médiums nous permettent l’expression libre de nos envies, avec ou sans les mains (avec des outils quoi !) ! Je pense que l’on se souvient tous de nos cours de technologie au collège où l’on fabriquait des valisettes, porte-clefs ou autres pots à crayons plastifiés.

sculpture indienne

La sculpture moderne

La sculpture peut être vue sous différentes formes. Elle peut également être appelée de différentes façons de nos jours. Elle peut être telle que tout le monde la voit, c’est-à-dire comme les jolies statues en pierre du Parc de la Tête d’Or ou encore le buste de Jean-Baptiste d’Allard vu l’autre fois au musée d’Allard.

Mais nous pouvons tout à fait la voir autrement. Par exemple, nous pourrions imaginer le design numérique comme de la sculpture moderne. Regardons par exemple le travail de Jessica Walsh sur le thème de la Beauté. La sculpture des lettres est visuellement fascinant. Après tout, la sculpture est le fait de donner vie à un objet en trois dimensions. Peu importe où se trouvent ces dimensions !

Certaines réalisations sont également très réalistes et peuvent, elles, être touchées. Plus jeune, étant une vraie geek, je rêvais de posséder les statues en taille humaine de mes héros de jeux vidéos préférés : Solid Snake ou encore Lara Croft. Le développeur de jeux vidéo Blizzard en possède toute une panoplie dans ses locaux. A défaut, je collectionnais les miniatures de mes personnages favoris de Final Fantasy ou encore de World of Warcraft en version collector comme Illidan. Le travail de fourmi qu’a dû demander chaque oeuvre m’a toujours impressionné et les sculpteurs, autant que les peintres, fournissent un travail incroyable de précision.

 

Tout sculpter ?

Cependant, est-ce correct de tout sculpter ? J’entends par là que certaines œuvres ne devraient pas voir le jour. En effet, certains choix de sculpture sont tout à fait incorrect tant au niveau éthique qu’artistique pour certains. Prenons par exemple les belles sculptures antiques de femmes ou d’hommes. Vous les avez bien en tête ? Mais si, rappelez-vous : ces apollons grecs au corps de rêve ou ces magnifiques nymphes aux seins parfaitement rebondis. Les Grecs avaient l’habitude de faire beaucoup de sport et de s’entraîner nus. Il était alors tout à fait normal pour eux d’exprimer leur art en modelant ces personnes dans leur plus simple appareil.

Evidemment, l’esthétique de l’époque voulait aussi que l’on triche un peu. Comme avec Photoshop à notre époque ! Alors on rajoutait un peu plus d’abdos par-ci, un peu plus de finesse par-là. Un plus petit sexe par-ci… et oui, car même ce « détail » était idéalisé ! Les hommes de l’époque se voyaient tels des personnes tout à fait rationnelles, gardant le contrôle et dominant le désir. C’est pourquoi les sexes d’hommes étaient sculptés aussi petit : gros, cet attribut aurait été mal vu, voire indécent, puisque l’homme doit contrôler sa bestialité. Un homme est sage et le sexe ne fait pas parti de sa dimension d’homme contrôlant ses émotions. La luxure, c’est pour les satyres !

Et bien à la Renaissance, stop ! Molière disait, dans Le Tartuffe « Couvrez ce sein, que je ne saurais voir ». L’Église aussi, quelques siècles plus tôt.

Plus question de voir ces affreuses protubérances ! L’Église décréta qu’il était insoutenable de conserver ces œuvres en l’état et ordonna que l’on recouvre les sexes de voiles ou de feuilles de vignes (vous comprendrez sans doute enfin pourquoi vous avez autant vu de feuilles de vigne sur les angelots au musée l’autre jour !).

À bas la sculpture !

Après, certains artistes vont quand même trop loin. A notre époque, il est simple de rester terre à terre en se disant que les statues grecques datent vraiment d’une autre époque. Qu’elles ne nous dérangent pas vraiment, puisque les gens pensaient différemment. Peu importe la sculpture, qu’elle soit osée ou non. Mais si de nos jours, nous mettons à nus (c’est le cas de le dire !) des œuvres parfaitement osées (!), nous crions atteinte à la pudeur ! Nous sommes scandalisés !

En septembre dernier, des sculptures de scènes explicitement sexuelles ont choqué les riverains des quais de Valence en Espagne. L’artiste Antoni Miro a justement balayé toutes ces allégations du scandale en sortant l’argument des scènes érotiques sur les vases de la Grèce antique… pourquoi donc, à notre époque où la pornographie fait vendre, des sculptures seraient-elles à bannir ?

La sculpture fonctionnelle

Imaginez si dans 3 siècles, on exposait votre barrette à cheveux ou votre pince à cravate dans un musée ? Et oui, car c’est ce que nous faisons pour les objets de tous les jours de nos ancêtres ! Admirons cette barrette en nacre de la reine Nefertiti. Admirons ce bol en argile de la culture Majiyao. Dans quelques siècles, vos descendants admireront votre bol breton nominatif derrière une belle vitrine holographique. C’est peut-être ce que l’on pourrait appeler la « sculpture industrielle » ? Comme un art beau et fonctionnel…ou pas !

Certains designers imaginent des objets pour améliorer votre quotidien. Ce siège sur lequel vous êtes pour lire cet article par exemple, a été fabriqué pour vous apporter du confort. Il a été sculpté pour vous, certes de façon massive, mais c’est une sculpture fonctionnelle !

Même le boulanger du coin, celui qui fait encore son pain lui-même hein, pas celui qui le fait réchauffer, fait de l’art. D’où le terme ARTisan-boulanger. Il façonne la pâte et lui donne une forme. Un « objet » aussi commun peut être traité comme une sculpture ? Peut-être ne verrez-vous plus votre croissant de la même façon…

artisan boulanger

La sculpture du 21ème siècle : la sculpture robotisée

Et ces fameux objets, fabriqués en masse, ne sont pas forcément de la main de l’Homme. Enfin pas dans le sens strict du terme. Ok, il a été imaginé, et probablement codé pour une machine qui le découpera à la place de mains humaines. Un laser fera tout aussi bien, voire mieux le travail ! La précision de ces machines a en effet été permis au fil des années, voire des siècles, d’assouplir le travail de l’Homme au quotidien.

Et oui, car de nos jours, nous sommes tellement sur Terre qu’il est difficile de construire des meubles, des moyens de locomotion, des vêtements, etc., pour chacun. Nous devons fabriquer de plus en plus, pour satisfaire tous les besoins de millions d’Hommes. Et cela, d’un point de vue économique, les sociétés ont préféré miser sur la robotisation de certaines tâches au lieu de la main de l’Homme. Au grand détriment du fabricant artisanal. La société moderne prône la quantité plutôt que la qualité.

Et avec le froid qui arrive…

Et vous ? Que feriez-vous avec de l’argile par exemple ? Seriez-vous capable de matérialiser la vision de votre esprit en un objet physique avec vos mains ? L’expérimentation par vous-même est la meilleure des façons de savoir de quoi l’on parle !

Au pire, si vous n’êtes pas à l’aise, je vous conseille un petit voyage en Chine. Les grandioses sculptures de glace du festival de Harbin vous permettront d’admirer cet art qu’est la sculpture. Une partie en tout cas. Très peu connu depuis les années 60, ce festival commence depuis seulement quelques années à se faire connaître. Il faut juste « survivre » aux températures hors normes (ultra polaires en fait) que les européens ne connaissent pas (je ne parle pas du zéro degré mais plutôt de -20°c en général). Si vous survivez, vous pourrez chanter « Libéré(e), délivré(e) ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *