Evolyon » Inspirations artistiques » Découverte de l’Auditorium de Lyon lors des Journées du Patrimoine 2018

Découverte de l’Auditorium de Lyon lors des Journées du Patrimoine 2018

Retour sur les Journées du Patrimoine 2018. Quoi de mieux que d’aller visiter un lieu qui n’est habituellement pas ouvert au public ? Ces journées ne durent seulement qu’un weekend alors difficile de profiter de tout. Il faut donc sélectionner, avec parcimonie, ce que vous allez pouvoir voir en « exclusivité », et ce, gratuitement ! Pour ma première année à Lyon, j’ai donc décidé d’aller me réfugier dans l’auditorium de Lyon (ou Auditorium Maurice Ravel), qui me donne envie depuis mon arrivée dans la capitale des Gaules.

Un petit air de Rome

L’entrée est visible depuis l’esplanade assez grande qui se compose également d’un amphithéâtre, avec des zones ombragées. Il permet de venir déjeuner en été dans un calme et un lieu plutôt agréable. De plus, il est assez coupé de la rue Garibaldi qui passe juste à côté, tout comme le tramway. Vous l’aurez compris, c’est bien pratique de venir à l’auditorium de Lyon ! Il est accessible en transport en commun, en vélo, à pied… Seul bémol, si vous venez en voiture, il faut aller se garer dans des parkings souterrains jouxtant la Tour Oxygène. Mais rien d’inaccessible en soi !

auditorium Maurice Ravel

Accueil et découverte

A l’entrée, les visiteurs sont accueillis par des vigiles inspectant les sacs. Je vous avouerai que depuis que j’ai quitté Paris, j’ai très peu vu de militaires ou de vigiles contrôlant les visiteurs, que ce soient dans les centres commerciaux ou les musées. Lyon est assez loin de tout cela, et c’est fort agréable ! Après le passage de l’ouverture du sac à main passé, on vous invite à vous diriger vers l’accueil. De là, une charmante hôtesse prend mes coordonnées afin que je sois inscrite pour recevoir des news. Vous avez tout à fait le droit de refuser, oui ! Mais comme j’aime les concerts… autant le faire !

Les tickets d’entrée reçus, je me dirige vers les deux agents d’accueil qui vont nous composter les billets et… c’est parti pour la visite !

On nous tend notre dépliant pour celle-ci, ainsi qu’un recto-verso avec un mini-jeu. Il faut retrouver 9 instruments de musique disséminés dans l’auditorium. Cela rendra la visite plus captivante, encore plus pour les enfants !

Escalade vers le bonheur

Passé le contrôle des billets, je me retrouve dans une vaste salle qui fait limite souterraine car le plafond est étrangement bas. Elle comprend une salle de réunion, des petits sièges pour profiter d’une collation en vente au comptoir dans un coin et des escaliers. Une jeune femme nous attend pour nous tendre la brochure du parcours à suivre.
Nous grimpons les multiples escaliers et arrivés au sommet, au détour d’un dernier couloir… découverte de l’auditorium de Lyon dans toute sa splendeur ! La salle est immense et j’en profite pour prendre des photos. A comparer à l’auditorium Radio France à Paris, où j’allais régulièrement à des concerts, celui-ci parait petit. Mais dans l’instant, c’est nous qui sommes petits !

auditorium Radio France

L’auditorium de Lyon, une construction made in Jean Nouvel

Le concert d’inauguration de l’auditorium de Lyon s’est tenu le 14 février 1975. Après 3 années de travaux, l’ouverture de cette gigantesque masse de béton a permis à l’Orchestre National de Lyon (ONL) de jouer à guichet fermé. 40 000 tonnes de béton pour l’enceinte et près de 800 tonnes d’acier. Les architectes (Charles Delfante, architecte et urbaniste du quartier de la Part-Dieu et Henri Pottier, grand prix de Rome) ont prévu également un toit bétonné sur 4 000 m². On peut dire que Jean Nouvel en a inspiré plus d’un : la sacralisation du béton est à son plus haut degré !

N’oublions pas que Charles Delfante a été engagé par le ministère de la Construction en 1961. Il a étudié le projet qui deviendra le Plan d’Aménagement et D’Organisation Générale de la région lyonnaise (PADOG), auquel la SACVL, dont nous avons brièvement parlé dans notre article sur le Zoo Art Show a pu participer.

L’Orchestre National de Lyon

Mais revenons à l’ONL. Tout a débuté lors de la première représentation en 1905. Les musiciens ne sont alors que des personnes comme vous et moi. Aucun professionnel sur scène. Imaginez leur trac ! Après avoir galéré quelques années à trouver une salle, c’est en 1908 que la salle Rameau les accueille. Or, elle devient trop vite exiguë pour ces concerts qui font salle comble.

Plusieurs décennies passent pour que les experts puissent travailler sur un projet de grande ampleur. Ils sont ainsi envoyés aux quatre coins de l’Europe pour s’inspirer de nos voisins. C’est ainsi qu’est né l’auditorium de Lyon qui accueille à présent l’ONL, dans cette salle spécialement dédiée pour eux. Ils ont fêté leur 100 ans d’existence en 2005. De l’art architectural ! Ces 104 artistes permanents parcourent à présent le monde entier, dont deux tournées sont prévues pour l’année 2018/2019.

salle de concert auditorium de Lyon

Une construction pensée pour le spectateur, autour de l’orgue

Tout a été fait pour l’acoustique et la visibilité des spectateurs. 9 ans de travaux de 1993 à 2002 ont permis de revoir toute l’acoustique et l’esthétique de la salle afin d’améliorer l’ambiance lors des concerts. Les sièges sont toujours rabattus lors des répétitions en semaine, afin d’absorber le son. Aucun pilier n’a été créé pour que le spectateur, d’où qu’il soit, admire la scène. Et surtout, le son peut s’étendre jusqu’en haut, sans gène. Ainsi, les concerts d’orgue sont au plus haut sommet de leur art.

Environ 12 000 orgues sont recensés en France, mais seulement 3 grands orgues se trouvent dans des salles de concert. Celui de l’auditorium de Lyon en fait parti. Les deux autres se trouvent à Radio France plus précisément et à la Philharmonie de Paris. Cet orgue monumental date de 1878, date de l’Exposition universelle dans les salles du Trocadéro à Paris où il fût exposé afin de booster les ventes de son créateur, Aristide Cavaillé-Coll. Il déménagea par la suite dans l’une des salles du Palais de Chaillot, à quelques mètres de là en 1937. Mais il n’y resta que 40 ans afin de s’installer définitivement dans l’auditorium Maurice Ravel de Lyon.

orgue auditorium de Lyon

Suite de la visite : par ici Mesdames et Messieurs !

Après ce bref aparté sur l’auditorium et l’orgue, j’ai visité les salles afférentes que le spectateur ne voit jamais. Suite à la gigantesque salle de concert, j’ai découvert les combles au-dessus de la fosse, où se trouvent les gros spots de lumières pour éclairer la salle. J’ai vu la régie s’occupant du son (la régie des lumières étant positionnée ailleurs), avec son ordinateur en Windows XP ! La salle de stockage des instruments était également ouverte : aucun problème d’insecte là-dedans. Tout est sécurisé et cocoonné !

Bien évidemment, au fur et à mesure de mes pérégrinations, j’ai déniché les instruments déposé ici et là pour le mini-jeu. Fait pour les enfants, cela n’a pas été très compliqué. Sauf peut-être pour les deux personnes âgées devant moi qui indiquaient à l’agent d’accueil qu’ils avaient dû faire demi-tour pour trouver les derniers instruments !

Une diversification des représentations : de la musique pour tous !

Ce fût pour moi une belle découverte artistique. Tant sur le fond architectural que sur l’historique du lieu où j’ai dû me renseigner afin de vous faire cet article. Je n’avais pas encore pu prendre le temps de m’acheter des places pour aller à un concert et enfin découvrir ce lieu culturel, et bien c’est chose faite pour la visite ! Bientôt pour le concert… d’autant plus que l’ONL prévoit des ciné-concert régulièrement. Pour les amateurs de musiques de films, c’est un passage obligé !

violoncelles auditorium de Lyon

Des ateliers sonores sont prévus également pour les plus petits : ils s’adresses pour les 3 mois / 11 ans et leur font découvrir une « approche sensorielle de la musique ». L’idée est excellente quand on sait que la thérapie musicale fait beaucoup pour les patients.

J’ai tellement été séduite par cette belle découverte, que j’ai foncé, après l’écriture de cet article, sur les dernières places restantes pour le concert du Nouvel An.

Vous n’avez plus d’excuses pour y venir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *