Travail Collaboratif ou l’entraide 2.0 – Pourquoi aider les autres ?

travail collaboratifLa société moderne actuelle nous offre une ouverture considérable sur le monde de par le développement des moyens de communications et de l’inter échange, notamment via internet. Paradoxalement, cette mondialisation accentue le besoin naturel qu’à chacun d’entre nous de chercher sans cesse sa place, son rôle, sa mission, dans un monde en constante évolution. La volonté d’aider et la notion d’entraide sont par conséquent réinventées. C’est la cas par exemple du travail collaboratif.

Si l’on considère la théorie de la pyramide des besoins du psychologue Abraham Maslow, dans le monde occidental, les besoins primaires étant comblés (pour la majeure partie de la population), les nouveaux besoins résident dans l’appartenance, l’estime et l’accomplissement de soi. La voie vers l’équilibre et le bonheur passerait alors par l’individualisme.

– Article mis à jour le 8 juin 2018 @ 22 h 18 min

Mais qu’en est-il de la solidarité et de l’entraide dans ce schéma de développement personnel ?

Il est commun d’entendre la plainte d’un temps ancien où ces notions faisaient presque loi.

Rassurez-vous, l’entraide n’a pas disparue. Elle existe toujours, mais sous une forme différente. En effet, face à l’envie de sortir du carcan de l’individualisme, la question que l’on se pose de prime abord n’est plus « comment aider mon prochain ? » mais « pourquoi aider mon prochain ? ».

Le « pourquoi » pose la question de l’intérêt, la motivation que l’on attend pour agir tandis qu’en théorie, aider est un acte de bienveillance et de générosité. On peut percevoir dans cette question, une contradiction sous-jacente voire une forme de cynisme. Aider serait-il un acte égoïste ? L’écrivain André Gide le conçoit parfaitement. Selon lui, l’acte purement gratuit n’existe pas.

Cette question épineuse étant, par nature insoluble, sans doute serait-il bon de savoir quels raisonnements pourraient être à l’origine d’une aide quelconque.

Aider pour acquérir ou entériner des connaissances

Lorsqu’une personne demande votre aide dans un domaine précis et que vous acceptez de la fournir, cette personne amène une problématique à votre réflexion. Dans ce cas, deux voies s’ouvrent à vous : soit la possibilité d’acquérir de nouvelles connaissances, soit de mettre à profit des connaissances déjà acquises.

Dans le premier cas, vous serez poussé à effectuer des recherches afin de répondre à cette problématique nouvelle. Ces recherches viendront s’ajouter à la somme de vos connaissances. Ce savoir sera d’autant plus durablement acquis que son application en sera concrète.

Les personnes les plus sceptiques se questionneront cependant sur l’intérêt de s’engager à apporter son aide. Alors que les bénéfices tirés ne proviennent que des recherches effectuées par soi-même. Après tout, chacun est libre de faire des recherches de façon indépendante. Cela est bien vrai. Toutefois, faut-il encore en avoir la simple idée. Sur internet, la connaissance et les sujets sont infinis. (Si vous me laissez quelques heures sur internet, je ne saurais quoi consulter si ce n’est mes mails…).

De plus, à travers l’ami que vous aidez, vous pourrez vérifier la bonne résolution du problème, l’efficacité et la validité de vos recherches et cela, sans avoir pris de risque direct. Ainsi, si vous êtes, un jour, confronté au même problème, vous saurez directement comment y répondre. Encore mieux, vous saurez anticiper et éviter ce problème.

Dans le second cas, vous allez pouvoir mettre en pratique vos connaissances. Cela vous permettra, si besoin était, de raviver ce savoir mais aussi de le réactualiser.

Aider quelqu’un en utilisant votre expérience personnelle permet de redonner un sens à celle-ci

Les problèmes rencontrés par le passé peuvent vous permettre aujourd’hui d’empêcher les autres de faire les mêmes erreurs. En aidant les autres à « déjouer les pièges » que vous n’avez su éviter, c’est un peu de leur « victoire » que vous pourrez « savourer ». C’est comme agir d’une façon rétroactive et prendre soin de la personne que vous avez été. Cela peut avoir pour effet de désactiver des regrets ou autres pensées négatives persistantes. Cela peut aider à refermer des blessures anciennes comme le ferait une thérapie et vous redonner une meilleure estime de soi.

Il n’est pas rare que des personnes abusées par le passé s’engagent dans des associations et œuvres caritatives pour combattre le mal dont elles ont été victimes. Aider l’autre permet de conjurer le passé et d’avancer plus sereinement. Certaines personnes en font même leur métier (psychologue, policier, assistante sociale…).

Une expérience passée peut, par conséquent, se développer et se transformer en quelque chose de positif pour tous grâce à l’aide que vous aurez apporté aux autres.

Aider pour créer du relationnel

Demander de l’aide à une personne implique non seulement d’avoir assez confiance en l’autre pour lui faire part de vos difficultés mais aussi de présumer de son efficacité dans le domaine requis. Cela offre une belle occasion de travailler à deux pour mieux avancer ensemble. Seul on va plus vite, à deux on va plus loin ! C’est donc une opportunité d’approfondir une relation ou simplement en démarrer une nouvelle. On reviendra sur cette notion en abordant précisément le travail collaboratif.

Ce climat d’entraide est un excellent terreau pour faire grandir son réseau personnel comme professionnel. En effet, apporter son aide à l’autre est en réalité une chance de faire ses preuves en tant qu’ami ou que professionnel, comme le ferait la distribution d’un échantillon de produit. Si cette première collaboration est satisfaisante, elle débouchera certainement sur la multiplication des échanges par la suite et pourrait être porteuse de nouvelles rencontres ou d’affaires. Il ne faut pas oublier qu’un bouche à oreille positif ou une bonne réputation, avant de se répandre, naît toujours des paroles d’une personne.

Aider pour promouvoir ou promouvoir pour aider ?

Certaines entreprises ont déjà bien compris ce principe d’aider dans un but promotionnel. Ainsi, il arrive souvent que des entreprises proposent leur aide dans le cadre d’évènements, soit par du sponsoring, des dons de produits ou même du bénévolat. L’aide dans le cadre d’une « campagne de communication » doit cependant être réfléchie.

Pour que l’expérience d’entraide reste positive, il faut savoir rester dans le cadre de ses compétences. Savoir passer la main si besoin est. Le but n’est pas de faire de fausse promesse car le bouche-à-oreille peut aussi être négatif. De plus, passer la main ne sera pas perçu comme un échec. Au contraire, ce sera une volonté de rester honnête en ne devenant pas contre-productif. La mise en relation avec une autre personne plus compétente est une aide en soi et un échange. Cette perception de l’entraide a donné lieu à des regroupements d’entreprise, des synergies, permettant entre autres de multiplier les compétences.

Internet est un formidable support pour l’entraide

Le web adore tous les types d’entraide ! Qu’il s’agisse de travail collaboratif, coopératif, crowdfunding (financement participatif)… un internaute dispose aujourd’hui de milliers d’idées et moyens techniques pour participer à des projets qui lui tiennent à cœur. Cela touche tous les domaines et secteurs d’activité. De quoi permettre à chacun de choisir qui aider et comment. Il serait quasi impossible de tout lister et citer, tant les applications sont immenses. Choisissons de parler de travail collaboratif pour rester dans le cœur du thème de cet article. A savoir, aider les autres en s’engageant majoritairement humainement plutôt que financièrement.

Le travail collaboratif, futur standard des entreprises de demain ?

Le travail collaboratif est porté par les nouvelles technologies de la communication. Ce facteur est déterminant. C’est un choix économique qui ne cesse d’évoluer. La communauté étant au centre, elle reflète un état d’esprit global, un mouvement de fond qui s’installe. Dans une époque où tout semble nous éloigner, nous individualiser, nous souhaiterions nous rapprocher ? Cela semble très paradoxal mais la réponse est OUI ! La transformation digitale amenant une volonté participative devient un moyen aidant la transition économique. Comme tout changement profond de tendance, celui de l’économie collaborative prend du temps, mais s’imposera durablement dans les pratiques courantes pour devenir une référence.

La jeune génération a grandi avec un téléphone ou une tablette dans la main. Leur rapport au monde et à la notion de réseau et de communauté est complètement différente des précédentes. L’ancienne génération s’informe et garde cette information pour elle. La nouvelle la partage. C’est là, la grande différence ! Et c’est finalement la base du travail collaboratif.

Pour conclure

Vous l’aurez compris, tendre la main à l’autre est rarement un acte désintéressé. Mais cela ne lui en retire toutefois pas sa valeur positive. Aider l’autre est le plus souvent un acte « gagnant-gagnant ». Alors pourquoi ne pas en profiter ?

Donnez votre avis